« Frontière,

les mêmes oiseaux,

des deux côtés. »

Ces quelques mots d’Israel Lopez Balan forment un haïku, en d’autres termes un poème japonais. Le haïku tient traditionnellement sur trois lignes, se lit deux fois, à voix haute. Il est devenu la spécialité des éditions L’Iroli, basées à côté de la mare du joli petit hameau du nord de Beauvais de Plouy-Saint-Lucien. Un haïku pour le climat, leur dernier ouvrage, possède la particularité d’être… biodégradable.

Un haïku ? « Cela se lit deux fois, tout simplement car c’est très court », confie Isabel Asúnsolo, directrice des éditions L’Iroli. Le haïku porte généralement sur la nature, l’environnement. Finalement, le poème est même écologique en terme de mots, une économie sur les mots qui laisse chaque lecteur interpréter le haïku à sa manière. »
150 auteurs du monde entier

Ce nouveau livre de la maison d’édition, disponible en librairie depuis mardi 6 novembre, est particulier sur bien des aspects : il est, tout d’abord, le fruit d’un partenariat entre les éditions L’Iroli, le Réseau pour la transition énergétique (CLER) et l’Association francophone de haïku (AFH). Ensuite, c’est le résultat d’un concours organisé par le CLER de 2015 à 2017 : « Nous avons regroupé dans ce livre les 300 meilleurs haïkus de ces trois années de concours, explique Isabel Asúnsolo. Au total, ce sont près de 150 artistes d’un peu partout dans le monde qui sont représentés. »

Enfin, Un Haïku pour le climat possède une dernière particularité, peut-être la plus significative, celle d’être entièrement biodégradable. « Pour ce livre dont le thème est le climat, je me suis dit qu’il serait bon d’aller jusqu’au bout en faisant un livre biodégradable, raconte Isabel Asúnsolo. L’encre est végétale et il n’y a pas de pelliculage (ndlr : fine couche plastique appliquée sur les pages pour une finition parfaite). Il est très léger, moins de 200 grammes, ce qui permet d’en mettre plus dans les camions de livraison et d’être écologique jusqu’au transport. » L’ouvrage a été tiré à 1 800 exemplaires.

Sur son site, Isabel Asúnsolo a de plus décidé de se lancer dans une « expérience compost ». Elle poste tous les jours une photo du livre qu’elle a positionné dans son bac à compost, dans son jardin, histoire de suivre l’évolution, ou plutôt la dégradation, de son livre biodégradable.

« Un Haïku pour le climat », 13 euros. Disponible en librairie et sur http://www.editions-liroli.net

Lien : https://www.courrier-picard.fr/art/149338/article/2018-11-15/la-beauvaisienne-publie-un-recueil-biodegradable-de-haikus

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s