[Sélection] Ma nouvelle policière Trou noir retenue 

Ma nouvelle Trou noir retenue pour l’anthologie policière/humoristique Un œil dans le potage aux Éditions du Venasque.

 

 

Publicités

[Parution à venir] Anthologie « Sans nouvelles » chez Livr’S Éditions

27788927_1252995168166922_860378104333929143_o

Rendez-vous à La Foire du Livre de Bruxelles (du 22 au 25 février) au stand Livr’S Éditions pour découvrir en exclusivité l’anthologie « Sans nouvelles ».

Une anthologie où vous retrouverez 6 auteur(e)s traitant du thème de la disparition.

Au programme : Geoffrey Claustriaux Auteur, Christelle Colpaert Soufflet, Hélène Duc Officiel – Auteur, Alexys Méan – Auteur, Marine Stengel – Auteur et Monsieur Graham Masterton !

[Parution à venir] L’anthologie Sans Nouvelles chez Livr’S Éditions

En 2018 paraîtra l’anthologie Sans Nouvelles chez Livr’S Éditions et chose absolument incroyable :j’aurai l’honneur d’y figurer en compagnie de GRAHAM MASTERTON, l’un des plus grands maîtres du roman fantastique et d’horreur !

C’est vraiment fou : je n’en reviens pas. Graham Masterton ! J’ai lu tous ses livres depuis que je suis adolescente ! C’est comme si je partageais un sommaire avec Stephen King : un honneur incroyable. Je suis sur un petit nuage !

L’annonce officielle :

Livr’S Éditions, merveilleusement bien.

22 h ·

*** Annonce de publication ***
Nous n’avons pas voulu attendre jusqu’à 19h30 Vous le savez, l’année prochaine paraîtra notre nouveau recueil « Sans Nouvelles« , et il est temps de vous annoncer officiellement les auteurs qui y participent !
Un tonnerre d’applaudissements et bienvenue chez Livr’S (encore pour certains) à Geoffrey Claustriaux, Christelle Colpaert Soufflet, Astrid Méan, Marine Stengel, Graham Masterton et Hélène Duc !
Je ne sais pas vous…mais nous, nous sommes impatients de le voir paraître ce recueil !

 

 

 

 

[Parution] Ma nouvelle Passage à l’acte dans l’anthologie Les yeux du tueur chez L’Ivrebook, collection Egnima

couv-tueur-700

J’ai le plaisir de vous annoncer la sortie (numérique) de l’anthologie policière Les yeux du tueur, coordonnée et présentée par Yves-Daniel Crouzet au prix de 3,99 € dans la collection Egnima de Ivrebook. Au sommaire, ma nouvelle noire Passage à l’acte 😃

Résumé

Tueurs en série, femmes fatales et petits diables sanguinaires, voilà ce que vous propose, entre autres, l’anthologie Les yeux du tueur.

Six textes noirs triés sur le volet par Yves-Daniel Crouzet, pour vous faire frémir et vous rappeler que le mal est partout. Surtout où on l’attend le moins !

Disponible le 06 mai chez L’ivre-Book – FNAC – Immatériel – ActuSF – Amazon – Google Play – e-Leclerc – Cultura – Bookeen – Kobo – Nolim Carrefour – Archambault – Chapitre.com – Decitre

ISBN : 978-2-36892-461-7 / 3,99 € (Coll. Enigma)

Lien pour l’achat :

https://ivrebook.wordpress.com/2017/05/05/les-yeux-du-tueur-presente-par-yves-daniel-crouzet/

[Chronique de blog] Une autre excellente critique de l’anthologie Nu sur le balcon (Séma Éditions) par Françoise Grenier Droesch

Nu sur le balcon

Couverture par Fleurine Rétoré, Collection SÉMA’CABRE

Merci beaucoup à l’auteure Françoise Grenier Droesch pour cette excellente critique de l’anthologie Nu sur le balcon, publiée chez Séma Éditions. J’ai l’honneur de figurer au sommaire avec ma nouvelle Témoin Indésirable.

Sa critique :

Je me suis régalée avec cette anthologie comprenant 10 textes sur une thématique originale se résumant à « Nu sur le balcon ».

La première « L’inconnue du cinquième » de Jean-Pierre Andrevon est vraiment bien fichue. Au début le narrateur, Michel Ceccaldi, visite un appartement, celui où il a sans doute vécu pendant sa jeunesse. Il doit le vendre mais ne s’y résous pas. Des souvenirs remontent à la surface de son esprit. Un petit pactole le décide à garder le logement en ville. Tandis qu’il se prélasse sur le balcon, il est témoin d’une scène qui le fascine : une femme apparait sur un autre balcon, au même étage que le sien, situé dans l’immeuble d’en face. Il pense qu’elle se fait agresser. Commence alors l’envie de la sauver des griffes de l’homme qui apparemment l’ennuie. Il téléphone à la Police qui lui envoie deux personnes… Bien évidemment, les investigations au numéro supposé de l’immeuble et de l’appart d’en face ne donnent rien. On ne le croit pas. La suite surprend et la fin possède ce retournement que l’on n’avait pas prévu. Du grand art. Un peu à la manière de Julio Cortázar que j’admire.

2) In Vinylo Veritas de Bruno Pochesci décrit à sa manière très imagée le parcours d’Alan piégé par une suite de sons et mots incompréhensibles (le Däw Krkt), précédée d’une figure féminine qui le poursuit à certains moments jusqu’à le forcer à s’évanouir. On se demande bien sûr pourquoi, c’est très malin. Tout commence pour lui 42 ans plus tôt quand il fait connaissance de Noreen… Il passera son temps à essayer de comprendre dans l’hôtel où Les légionnaires d’Hadrien, des fans de son ancien groupe l’ont invité pour une convention collective retraçant cette période bénie au travers d’une collection de vinyles des Hadrian’s Wall, groupe d’Alan. Se méfier de ce gentil groupe de frappadingues. Il va aussi y avoir une nue sur un balcon… Et beaucoup de choses délirantes. À lire sans modération.

3) Black Star de Pierre Brulhet est peut-être l’une des nouvelles qui m’a le moins enthousiasmée. De facture classique, elle partait pourtant bien et m’intriguait au début avec cet étranger recueilli par l’inspecteur de police car il avait été découvert nu sur son balcon. Je n’ai pas bien compris l’acharnement de la police à son encontre car il n’avait rien fait de mal à ce stade de l’histoire. Ensuite on apprend qu’il y a eu un meurtre (une cantatrice) à l’appartement où il se trouvait… Soit, mais quand même, la manière peu respectueuse du flic m’a choquée. L’assistante policière va être fascinée par cet étranger qui veut aller à l’opéra… La fin bizarre, ne m’a pas convaincue.

4) L’œuvre des spectres, Fabien Clavel. L’histoire se passe dans un théâtre national de l’Opéra car un crime semble avoir été commis. La cantatrice, Mlle de Vrocourt n’est pas réapparue sur scène laissant sa doublure tenir son rôle jusqu’à la fin de la représentation. Un certain Ragon, commissaire doit enquêter et interroger le directeur. La loge recèle des bizarreries et on apprend le vrai caractère de la diva. La lecture des revues que lisait la défunte donne une piste sérieuse à Ragon. Une écriture agréable et une histoire originale. Relire le fantôme de l’opéra peut être un plus pour bien comprendre la fin « théâtrale ». Du paranormal.

5) Le soldat blanc, Xavier Deutsch. Une atmosphère particulière plane sur cette prose aux mots et phrases comme mises à plat. Le style de l’auteur accroche tout de suite. Exemple : « Cet homme se prénomme Gilbert. Il a cinquante-et-un an. Je connais peu d’hommes de cet âge portant ce prénom, Gilbert.

Je ne rencontre pas de plaisir à écrire ce prénom. Pas de déplaisir non plus. Gilbert n’a pas choisi de s’appeler comme ça, moi non plus je n’ai pas choisi. Je prends les événements tels qu’ils surviennent… »

Voilà, il y a une simplicité et en même temps une angoisse qui monte en lisant ce texte, comme une ritournelle. Les faits d’une banalité déconcertante cachent quelque chose de malsain. Et nous allons découvrir un personnage pas si sympathique que cela au final. Le fond et la forme coïncident à merveilles. Ce qu’il sera amené à faire surprend, puis aura son explication que je trouve d’une pertinence infinie. Merci pour la découverte de cet auteur que je ne connaissais pas et bravo à lui pour avoir mis en lumière toute la noirceur de l’âme humaine en des mots pourtant si simples.

6) Témoin indésirable, Hélène Duc. L’écriture très élégante de l’auteur permet de bien prendre possession des lieux de l’intrigue et du personnage principal, James, inspecteur à la retraite. On songe à « Fenêtre sur cour » lorsqu’il se met à espionner l’immeuble d’en face avec un télescope à infra-rouge et qu’il découvre le voisin sur son balcon nu et le visage en sang ! Sa voix intérieure lui commande de se bouger. L’humour de ces répliques rythme agréablement les scènes. La suite est assez déroutante, mais on suit le retraité en ayant mal pour lui. L’auteur excelle à retranscrire la montée d’adrénaline puis la souffrance physique. Fin surprenante. Très bon moment de lecture avec des références à des films culte, ce qui m’a particulièrement plu.

7) Curiosité de balcon, J.B. Leblanc. Une écriture au cordeau pour une nouvelle époustouflante. La curiosité est un vilain défaut et ça Vincent s’en rappellera toute sa vie ! Le début se focalise sur un couple qui revient de courses, tranquillement jusqu’à ce que le jeune homme se fige, hypnotisé par ce qui se passe au-delà de leur baie vitrée. Un corps nu allongé sur un balcon derrière des vitres le subjugue à tel point qu’il ne bouge pas, mais ensuite sera tenté d’y aller voir de plus près. Les échanges avec sa femme sont savoureux car elle ne veut pas s’en mêler au début puis va se prendre au jeu. La fin, très bien amenée nous fait entrevoir toute la fourberie humaine.

8) Le seul ami, Daph Nobody. Le « point de vue » de Ralph Battler, jeune garçon solitaire devient un jeu de chat et de souris. Lui qui n’a pas d’ami s’est créé un monde à part, en se distrayant tous les samedis soir lorsque ses parents partent dîner en ville. Il observe à l’aide de ses jumelles, la vie qui se déroule à l’extérieur, attendant quelque chose qui va le distraire. Ce soir-là, un homme qu’il a appris à connaître, Paul Rubinek, un huissier de justice, s’introduit chez Lize. Oui, Dalph connait toutes les histoires des voisins en les observant et en les suivant. Celle-ci trompe son mari avec ce Paul, mais le mari, Bob revient à l’improviste, alors qu’il travaille de nuit dans la sécurité. Paul se retrouve coincé et nu sur une corniche entre deux fenêtres essayant de rejoindre le balcon. Sadique, l’enfant lui enverra des jets de cailloux car sa deuxième passion est le lance-pierre. La conclusion amenée en flirtant avec le fantastique est très intéressante et pose pas mal de questions au sujet de ces actes cruels du côté du gamin mais aussi du côté de l’adulte. Qui est le plus monstrueux ? Belle histoire d’amitié à postériori très bien écrite et crédible.

9) La Tordue, Camille Adler. L’histoire qui a pour cadre la Traviata se passe dans un Opéra où une cantatrice, Victoria F. a été retrouvée morte. Pas très surprenant comme cadre puisque d’autres nouvelles du recueil se passent dans ce lieu ou avec une chanteuse, mais superbement retranscrit. On assiste à des échanges entre le directeur, monsieur Letellier et Willems, l’inspecteur. On reste sur sa faim au bout de l’enquête. C’est un parti pris ou bien le mystère se rattache à Violetta, personnage central dans la Traviata.

10) Alan 2.0, Nicolas Pages. Un golden boy d’une société sur le déclin aimerait de refaire une virginité ou tout du moins contrôler mieux sa vie qui jusque-là n’était que débauches, faux-semblant, vide… Sa femme l’ayant quitté, emmenant son fils avec elle, fut le déclic. Belle introspection de ce type peu sympathique. Il gagne à être aimé et fera tout pour aider son prochain, suite à ce qu’il aperçoit sur le balcon de l’immeuble d’en face. Sa curiosité l’entraînera loin. J’ai bien aimé l’idée et cette fin que je n’avais pas vu venir ^^.

Conclusion : je vous encourage à vous procurer ce recueil, au titre prometteur et aux nouvelles envoûtantes. (pour 17 €)

Liens d’achat : http://www.sema-diffusion.com/fr/81-sema-cabre

Ou :

http://www.amazon.fr/Nu-Sur-Balcon-Anthologie/dp/2930880155/ref=sr_1_2?ie=UTF8&qid=1492386259&sr=8-2&keywords=nu+sur+le+balcon

 

[Chronique de blog] Une excellente critique de l’anthologie Nu sur le balcon (Séma Éditions)

Nu sur le balcon

Merci beaucoup au blog Saginlibrio pour cette très bonne critique de l’anthologie Nu sur le balcon, publiée chez Séma Éditions. J’ai l’honneur de figurer au sommaire avec ma nouvelle Témoin Indésirable parmi de très prestigieux auteurs
Nu sur le balcon
Dirigée par Marc BAILLY
Genre : anthologie, recueil de nouvelles
Chez Séma Editions
Sorti le 26/10/2016
Ma note : 5/5
Résumé :
Des variations sur le même thème : le balcon, ce tremplin vers ailleurs, cette station d’observation. Ce lieu de rencontre et de fantasme est le décor rêvé pour mettre en scène un corps nu. Mort ? Vivant ? D’ici ? D’ailleurs ? À vous de le découvrir !
La couverture :
Elle me plait énormément, une silhouette qui se devine, un balcon, un appartement.
Mon avis :
Je remercie mon partenaire Séma Editions pour m’avoir fait confiance pour la lecture de ce livre.
Je développe un penchant de plus en plus marqué pour les anthologies, moi qui n’aimais pas spécialement les nouvelles avant. Un thème qui sert de fil rouge et tout mon intérêt est aiguisé.
Ici 10 nouvelles dont les auteurs ont du, en quelques pages, nous présenter une histoire avec un début et une fin autour de ce thème plutôt tendancieux : ‘nu sur un balcon’.
Chacun d’entre eux nous emmène en profondeur, dans une vengeance, une curiosité malvenue, une mauvaise estimation d’une situation, un enfant atypique, un phénomène surnaturel etc.
J’ai dévoré mon anthologie, et cerise sur le gâteau, j’ai pu rencontrer samedi dernier l’auteur d’une des nouvelles, Bruno POCHESCI. Sa gentillesse devinée sur les réseaux sociaux s’est concrétisée par son sourire lors du salon ImaJn’ère à Angers.
Bravo pour ce recueil, bravo à tous et toutes que je retrouverai avec plaisir dans d’autres écrits.
Jean-Pierre Andrevon : L’inconnue du cinquième
Bruno Pochesci : In Vinylo Veritas
Pierre Brulhet : Black Star
Fabien Clavel : L’œuvre des spectres
Xavier Deutsch : Le soldat blanc
Hélène Duc : Témoin indésirable
JB Leblanc : Curiosité de balcon
Daph Nobody : Le seul ami
Camille Adler : La tordue
Nicolas Pagès : Alan 2.0

Lien de l’article : http://saginlibrio.over-blog.com/2017/04/nu-sur-le-balcon-anthologie-dirigee-par-marc-bailly.html

Pour l’acheter
http://www.sema-diffusion.com/editions/nu-sur-le-balcon/

[Concours d’écriture] Ma nouvelle Un bon Samaritain 4ième au Palmarès du concours Écrire au musée de Plumes d’ici et d’ailleurs

img_1047

Le palmarès 2017 du concours d’écriture Écrire au musée de Plumes d’ici et d’ailleurs m’offre une belle surprise : Celle d’être 4ème avec ma nouvelle Un bon Samaritain sur les 19 textes finalistes et sur plus de 132 textes reçus. Contente, je suis.

Les 19 textes sélectionnés seront publiés dans un bel ouvrage des éditions Christophe Chomant.

 

L’article

http://plumesdicietdailleurs.blogspot.fr/

Quelle belle aventure !
180 inscrits, 132 textes de jeunes et de moins jeunes !
Merci à tous les participants qui ont concouru et enrichi notre sélection.

Les nouvelles étaient toutes de haute tenue !

19 textes sélectionnés sont  publiés dans ce bel ouvrage des éditions Christophe Chomant.

Les gagnants sont :

Premier Prix

Reflet impressionniste de Geneviève Maesen Émond (France) 
gagnante du séjour d’écriture à Rome. 

Paysage  près de Lesage de Jason Roy (Canada)

Le fin goût du vieillard de Kim Andrey (Suisse) 25 ans

Un bon Samaritain de Hélène Duc (France)

Pièce manquante de Alice Feuardant (France) 21 ans

Le bal des Bacchantes de Janine Magnani (Rome, Italie)

Mais qui a tué Boltanski ? de Claire Rieussec  (France)

Les Noctambules de Odile Jarrier (France)

Saudade do Verdade de Maxime Chaury (France)

Noir, c’est noir de Pierre Pirotton (Belgique)

Ce que la jalousie peut provoquer de Sofia Allo Watters ( Espagne, 15 ans)

Le gramophone de Julien Paulhiac (Canada)

De l’intérieur de Séverine Jaspard ( Belgique)

L’archétype de Gwenaël Bulteau (France)

Take Away Rembrandt de Nathalie Labrousse (France)

Danseuse à la barre de Amaya Echanove ( Espagne, 15 ans)

L’ombre derrière la lumière de Virginie Demange (France)

Pas de couleur pour Bernard de Liam Esper (France)

Vengeance de Mélanie Tellier Benaouda (France)

Nous remercions l’Institut français Centre Saint-Louis pour son soutien.
Vous trouverez ce palmarès sur son site.

Bravo aux gagnants et merci à tous !

Les plumes

[Concours d’écriture : Écrire au musée] [Annonce officielle et liste des lauréats]

Voici donc la confirmation officielle de ma sélection au concours de nouvelles Écrire au musée,  et la liste des 19 lauréats (sur 187 inscrits et 131 textes enregistrés de France, du Canada, de Belgique et de Suisse mais aussi d’Algérie, du Liban, d’Italie …. (c’est fou !)) qui figureront au sommaire du recueil bientôt publié aux éditions Christophe Chomant.   ! 🙂

http://plumesdicietdailleurs.blogspot.fr/2017/02/les-laureats-et-ecrire-encore-et.html

Bonjour à tous et toutes,

Vue la grande qualité des nouvelles, le jury a longuement délibéré, voici la liste des 19 lauréats mais pas encore le nom du Premier prix !
Nous en réservons bien sûr la primeur à notre partenaire :

l’Institut français Centre Saint Louis de Rome ! 
 Bravo à tous ! Voici   donc dans l’ordre alphabétique:

Sofia Allo                               Ce que la jalousie peut provoquer
Kim Andrey                            Le fin goût du vieillard
Gwenaël Bulteau                   L’archétype
Maxime Chaury                     Saudade do Verdade
Virginie Demange                  L’ombre derrière la lumière
Hélène Duc                            Un bon samaritain
Amaya Echanove                   Danseuse à la barre
Liam Esper                            Pas de couleur pour Bernard
Alice Feuardant                     Pièce manquante
Odile Jarrier                          Les Noctambules
Séverine Jaspard                   De l’intérieur
Nathalie Labrousse               Take Away Rembrandt
Geneviève Maesen-Emond     Reflet impressionniste
Janine Magnani                      Le bal des Bacchantes
Julien Paulhiac                        Le gramophone
Pierre Pirotton                        Noir c’est noir
Claire Rieussec                       Mais qui a tué Boltanski ?
Jason Roy                                Paysage près de Lesage
Mélanie Tellier Benaouda       Vengeance

[Critique/Recension] DIMENSION MEURTRES IMPOSSIBLES chez RIVIÈRE BLANCHE par Françoise Grenier Droesch

Merci à Françoise Grenier Droesch pour cette excellente critique/recension de cette anthologie de très grande qualité

Illustration de WAHYA pour la couverture de ces 17 meurtres
Illustration de WAHYA pour la couverture de ces 17 meurtres

Illustration de WAHYA pour la couverture de ces 17 meurtres

Ce livre est fait pour vous si vous aimez Agatha Christie, Sir Arthur Conan Doyle, Gaston Leroux, les Harry Dickson de Jean Ray, c’est à dire des enquêtes à mener avec quelques indices données par le narrateur au cours du récit. Si vous découvrez le coupable avant la fin, bravo !  La tâche est ardue et ici, chaque histoire m’a bien laissée perplexe tant l’intrigue me paraissait impossible à démêler…

Sur la corde raide d’Hélène Duc. Je n’ai eu aucun mal à me passionner pour ce savoureux huis-clos grâce à la facilité de l’auteur à créer une ambiance digne des meilleurs romans d’Agatha Christie. Les détails comptent beaucoup dans le plaisir de la lecture; je me suis laissée entraîner facilement. En plus la principale héroïne, Mrs Goodfellow joue la parfaite ingénue jusqu’au bout. Une pointe d’ironie bienvenue traverse par moment le texte, ce qui donne une respiration à l’ensemble assez oppressant par ailleurs. Parfaite petite histoire pour moi.

Pour conclure, j’ai trouvé que ce recueil soigné, apportait par le biais de chaque nouvelle une facette de l’ignominie humaine, de sa capacité à concevoir des plans machiavéliques pour parvenir à ses fins lorsque son intérêt égoïste domine. Souvent afin de supprimer un gêneur.

Je n’ai pas boudé mon plaisir et je remercie tous ces auteurs talentueux ainsi que les anthologistes qui m’ont permis de lire ces histoires à tiroirs qui constituent une vraie énigme pour moi. Comment font-ils pour concevoir de tels scénarios, si complexes parfois. Bravo !

Lien d’achat : http://www.amazon.fr/Dimension-Meurtres-Impossibles-Philippe-Pinon/dp/1612275346

Ou sur Rivière Blanche : http://www.riviereblanche.com/collection-fusee-f48-dimension-meurtres-impossibles.html

Pour lire cet article dans son intégralité : http://francoisegrenierdroesch.over-blog.com/2017/01/dimension-meurtres-impossibles-chez-riviere-blanche-presentee-par-philippe-pinon-et-seleyne-meynier.html

 

 

 

 

 

 

 

commentaires

Présentation

  • Blog : Le blog de francoisegrenierdroesch auteur fantastique
  • Le blog de francoisegrenierdroesch auteur fantastique
  • Description : Je mettrai mes essais littéraires, mes coups de coeur, des liens vers mon roman fantastique  » LE PIANO MALÉFIQUE  » car je me suis découvert une passion pour l’écriture alors que jusque là, je dessinais et gravais. Mais, je suis enseignante et donc, j’ai peu de temps à consacrer à ce blog, ne m’en voulez pas d’être parfois longtemps absente ! Du Cauchemar au rêve, il n’y a qu’un livre ! ( La Confrérie de l’imaginaire )
  • Contact
  • Name : francoisegrenierdroesch
  • D'abord, j'ai toujours dessiné,( mon père étant peintre d'aquarelles superbes sur le vieux Troyes et œuvrant pour les Bâtiments de France comme adjoint d'architecte, j'ai hérité de son don pour le dessin ).Des rêves/cauchemars traînent dans
  • À Propos : D’abord, j’ai toujours dessiné,( mon père étant peintre d’aquarelles superbes sur le vieux Troyes et œuvrant pour les Bâtiments de France comme adjoint d’architecte, j’ai hérité de son don pour le dessin ).Des rêves/cauchemars traînent dans

Texte Libre

Recherche