[Prix & Distinction] Mon haïku primé sur le site de l’Ambassade du Japon au Sénégal

Les haïkus primés au concours 2016 de l’Ambassade du Japon au Sénégal (dont le mien) sont désormais répertoriés sur leur site en japonais : http://www.sn.emb-japan.go.jp/jp/senegal/20160512.html

N’hésitez pas à aller les découvrir

Publicités

[Critique/Recension] Chronique de De cendres et d’écarlate par Françoise Grenier Droesch

de cendres et

Françoise Grenier Droesch (auteure de talent) a lu et beaucoup apprécié mon recueil de nouvelles fantastiques De cendres et d’écarlate paru chez les Éditions Unicité.

Voici son avis :

« Une fois commencée, je ne voulais plus arrêter ma lecture. Les nouvelles s’enchaînent agréablement. Aimant la surprise et les situations ambiguës, je n’ai pas été déçue !  Les ambiances variées aux intrigues surprenantes m’ont laissé une belle impression.

   La qualité d’écriture de cette auteure n’est plus à prouver. Lorsqu’on lit les nombreux prix reçus, les publications chez des éditeurs reconnus, tels Rivière Blanche, Les Luciférines, Le Chat Noir… On comprend le niveau d’écriture atteint dans pas mal de genres littéraires, surtout fantastique (et aussi la poésie avec le haïku) par l’auteure, Hélène Duc qui excelle à construire des personnages crédibles et des univers cohérents comme point de départ; ensuite les situations dégénèrent avec brio : c’est fascinant.

La première nouvelle : L’âtre possède une mélancolie au premier abord dont il faut se méfier un peu sinon Hélène nous emmène loin, au pays des fantômes, sous l’apparence d’une créature féminine (fil conducteur du recueil) cherchant l’aide du narrateur. Je n’en dévoile pas plus mais j’ai apprécié le ton « romantisme gothique ».

   Jouer avec le feu  se passe aujourd’hui. Toute la subtilité du récit réside dans l’interprétation de l’expression « avoir une boule au ventre » car la jeune fille, Léa a subi un viol. À partir de là, son attitude de fille repliée sur elle-même semble logique. Son amie souhaite qu’elle retrouve sa joie de vivre comme avant et l’invite en boîte de nuit… Ce qu’elle fera d’une manière totalement folle. Un texte qui m’a grandement étonné. Lisez et vous verrez ! Vous ne pouvez pas deviner le final.

  Miss Saphira dans la pure tradition des anciens auteurs de fantastiques m’a enchantée. L’histoire est racontée au travers de lettres qu’un voyageur Walter Prescot a écrit pour son ami l’éditeur Sir Robert Wallace. Elles ont été retrouvées dans le train fameux « L’orient-Express ». Une demoiselle qui monte en cours de route attire son attention… Bien mauvaise idée ! La suite irrémédiable le fera regretter d’être entré dans un jeu pervers. Encore une histoire surprenante.

  Sa langue au chat va très loin dans le thème des métamorphes. J’ai été subjuguée par la facilité de l’auteure à mettre en scène ce genre de situation : l’amour entre deux êtres si différents et pourtant on y croit. Je n’ai pas imaginé une seconde cette fin si terrible. Merci pour ce pur moment de lecture que j’ai éprouvé !

  Digilence vers l’ailleurs se passe au far west. Belle description d’ambiance. Des disparitions inquiétantes alertent Herbert, sorte de chasseur de prime dans la région. Une jeune femme Mary va lui réserver des surprises. Des grillons transmetteurs de messages aussi ! Horrifique !

  Renaissance : la seule histoire où je n’ai pas compris nettement la fin. Peut-être est-ce fait exprès ? Au lecteur de se faire sa propre opinion… Un personnage bizarre, d’un aspect écailleux renseigne une jeune femme richissime qu’il va lui faire un cadeau, alors qu’elle tente de se suicider. Tout le récit joue avec le flou engendré par l’état de torpeur de la narratrice. On comprend vite que tout est vrai mais on se demande ce qui va lui arriver. Quelque chose d’assez absurde.

Soyez avertis : il n’y a que des histoires d’enfer ! Allez-y, découvrez cette palette aux couleurs irisées avec un arrière-fond noir. La couverture résume bien l’idée d’un kaléidoscope de sensations que vous trouverez ensuite à la lecture de ces textes troublants où le destin rime avec folie…»

Waouh ! Merci mille fois à Françoise Grenier Droesch pour cette première chronique/recension de mon recueil !  Je suis très touchée et flattée !

La critique complète sur : http://francoisegrenierdroesch.over-blog.com/2016/09/de-cendres-et-d-ecarlate-helene-duc-ed-unicite.html

Si cette belle critique vous donne envie de découvrir mes textes, c’est ici que ça se passe : http://www.editions-unicite.fr/auteurs/DUC-Helene/De-cendres-et-d-ecarlate/index.php

ou envoyez-moi un petit MP pour un exemplaire dédicacé !

[Parution] Teaser de l’anthologie DEMENTIA aux Éditions Les Occultés

Voici en avant première le teaser flippant de l’anthologie DEMENTIA à paraître en octobre aux Éditions Les Occultés 😨 Merci et bravo aux équipes techniques pour ce super boulot !

Montez le son et ouvrez les yeux. Eric Palumbo a réalisé une musique spécialement pour l’événement, il offre ici un véritable aperçu de son talent. Merci à lui pour cette collaboration.

[Ouverture des dédicaces] Commandez votre exemplaire dédicacé de De cendres et d’écarlate

de cendres et
J’ai le bonheur de vous annoncer l’arrivée des premiers exemplaires de mon recueil de nouvelles fantastiques solo aux Editions Unicité rassemblant six longues nouvelles fantastique/SF inédites, nourries par les univers de Théophile Gautier, Edgar Allan Poe et Stephen King, sont regroupées autour d’une thématique commune, les figures de la femme dans la littérature fantastique.
Si vous souhaitez en acquérir un exemplaire dédicacé, envoyez-moi un message privé Ou un courriel à l’adresse suivante heleneducauteur@gmail.com , ce sera avec grand plaisir 😀
 
Autre solution pour le commander :
Site de l’éditeur
 
 
Ou chez votre libraire favori en indiquant l’ISBN suivant
 
ISBN/EAN : 978-2-37355-070-2
 
Si vous souhaitez acquérir un exemplaire dédicacé, vous pouvez :